Quels dispositifs anti-ondes électromagnétiques mettre en place dans ses locaux

electromagnetiques

Le corps humain est constamment exposé aux champs électromagnétiques à des degrés d’intensité divers. Le milieu du travail ne fait pas exception avec, de surcroît, des risques potentiellement renforcés par la nature des activités et des installations présentes sur place.


La réglementation autour de la santé des salariés


Conformément à l’article L. 4121-2 du Code du travail, l’employeur évalue la nature des risques potentiels et s'attache à mettre en œuvre les moyens disponibles pour les éviter. En compléments de ces principes généraux qui visent tout type de risque, les articles R. 4453-1 à R. 4453-34 définissent les conditions d'exposition aux champs électromagnétiques impliquant le déclenchement d’actions ciblées. Les valeurs limites d’exposition (VLE) et les valeurs déclenchant l’action (VDA) constituent des seuils d’alerte pour l’entreprise.
L’arrêté du 5 décembre 2016 est venu préciser les « grandeurs physiques représentant les valeurs d'exposition ». Les limites sont fixées en fonction de la nature des effets sur les individus (effet thermique ou non-thermique) et selon la gamme de fréquence.


Les risques professionnels liés à l'exposition aux ondes électromagnétiques


Les troubles imputables à des valeurs d'exposition supérieure aux seuils limites recommandés, sont des effets à court terme répertoriés dans trois catégories. D’une part, les effets directs : biologique avec l’échauffement des tissus et sur le système nerveux. Et, d’autres part, les effets indirects qui ne touchent pas les individus, mais leur environnement de travail. Dans ce cas, les situations à risque se présentent lorsque le champ électromagnétique :

  • entrave le bon fonctionnement des appareils et équipements ;
  • entraîne le dysfonctionnement de dispositifs médicaux comme le pacemaker ;
  • conduit à la formation d’étincelles ou d’arcs électriques.

Le champ électromagnétique peut ainsi contribuer, dans certaines conditions, à un départ d’incendie ou à une explosion, avec le risque induit de projections de divers objets et composés pouvant heurter ou blesser les travailleurs.

Enfin, au-delà d’un certain niveau et selon les sensibilités de chacun, la surexposition aux champs peut se manifester par des nausées, des vertiges ou des troubles de la vue. Il s’agit des effets sensoriels temporaires sans conséquences pour la santé. Les effets à long terme ne faisant pas l’objet à l’heure actuelle d’un consensus scientifique, les mesures de prévention prises à leur égard relèvent encore de la simple précaution.


Comment évaluer l'exposition des salariés dans leur environnement professionnel ?


Cette évaluation s’effectue sur la base de données documentaires et recoupe :

  • les informations communiquées par les fabricants sur les niveaux d’émissions électromagnétiques des appareils et équipements présents sur le lieu de travail ;
  • la portée de l'exposition : durée, fréquence…
  • les situations d'exposition simultanée dues à la multiplicité des sources d'émissions ;
  • les niveaux de protection permis par les équipements collectifs ou individuels mis à la disposition du personnel.

Si les valeurs d'exposition estimées sur la base des données disponibles, semblent indiquer un danger des ondes pour la santé des travailleurs, celui-ci sera confirmé ou infirmé par la prise de mesures sur place.

L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) en charge de la gestion du spectre radioélectrique en France depuis 1996, peut être sollicitée pour effectuer des mesures dans les bâtiments à usage résidentiel et dans les lieux accessibles au public. Ce qui inclut notamment les commerces et les autres établissements recevant du public (ERP). Pour faire une demande de mesure, direction le site internet de l’ANFR : mesures.anfr.fr Un formulaire en ligne est à la disposition des demandeurs, mais peut également être téléchargé sur service-public.fr. Si la demande répond aux critères d'éligibilité à la prise de mesure sur place, un laboratoire accrédité pourra être dépêché par l'agence afin de relever les niveaux d'exposition.


Quelles sont les solutions pour réduire l'exposition électromagnétique du personnel ?


Selon les cas de figure, le dépassement des valeurs limites appelle la mise en place de mesures spécifiques :

  • traitement à la source pour réduire le niveau d'émission et son impact sur les travailleurs ;
  • mise à disposition de protection collective ou individuelle pour atténuer les effets directs et sensoriels ;
  • mise en place de solutions permettant l'éloignement des individus par rapport à la source d'émission.

L’intensité des effets perçus par les individus est directement liée à la distance qui les sépare de la source d’émission. Adapter l'agencement des différents postes de travail est un moyen simple et efficace d’agir en traitement ou en prévention des risques dans les environnements qui reste en dessous de valeurs limites. Autre mesure de précaution à considérer : la pose de gaines anti-ondes électromagnétiques. Cette solution agit à la source en constituant une barrière quasiment étanche aux rayonnements émis par les installations électriques. La société Courant, positionnée depuis plus de 60 ans dans la fabrication de gaines électriques, propose une solution innovante de réduction des champs électromagnétiques issus des installations électriques parcourant l’intérieur des bâtiments : Flexaray/Prefilzen Un système breveté anti-ondes électromagnétiques, de fabrication française et 100 % recyclable.

 

@
Contact