Guide de l’écoconstruction : les trois grands principes de l’habitat sain

Il y a encore peu de temps, la construction écologique n’était qu’un hobby de constructeurs passionnés et avertis. Désormais, la notion de maison écologique ou d’habitat sain traverse toutes les couches de la société et de plus en plus de Français se laissent séduire par ce type de maisons. Ces dernières sont performantes sur le plan énergétique, et donc financier, mais également d’être respectueuse de l’environnement. Flexaray vous en dit plus sur les 3 piliers qui constituent la construction et l’entretien d’une maison écologique. 

 

Qu’est-ce qu’une maison écologique ? 

Il s’agit là d’un mot désormais très en vogue : la maison écologique ou l’habitat sain sont des constructions faites pour être durables et respectueuses de l’environnement. Ce type de maison repose principalement sur la notion de construction écologique. Cela signifie que les matériaux utilisés pour construire ladite maison n’auront pas émis beaucoup de CO2 au cours de leur production et de leur acheminement vers l’usine, puis vers le lieu du chantier. Cela permet de limiter l’empreinte carbone de la maison. 

De plus, comme la nature fait bien les choses, les matériaux qui nécessitent le moins de CO2 à la production sont souvent ceux qui affichent la meilleure performance énergétique à l’image du chanvre par exemple. Cette plante est très facile à faire pousser et ne nécessite que peu de ressources, que ce soit en matière d’eau ou de minéraux terrestres. Il en va de même pour la terre crue qui possède une excellente capacité à réguler la température ainsi que l’hygrométrie. 

 

Quels sont les trois grands principes d’une maison écologique ? 

Comment réaliser la construction de sa maison écologique et s’assurer que son objectif, à savoir limiter les dépenses énergétiques superflues et respecter la faune et la flore environnante ? Il s’agit d’une question beaucoup plus simple que ce qu’elle peut paraître à première vue. Effectivement, la construction et l’entretien d’une maison écologique reposent sur trois critères qu’il faut impérativement respecter. 

  • La performance énergétique : une maison écologique se doit d’être une maison qui ne dépense que peu d’énergie. Cela passe notamment par une bonne isolation et une bonne gestion de l’hygrométrie. 
  • Un lieu propice à la bonne santé de ses habitants : les maisons traditionnelles peuvent être source de désagréments, voire de maladies pour leurs habitants. Une maison écologique, c’est également une maison sans composés organiques volatils et sans installation nocive. 
  • Le respect de l’environnement : une maison écologique, c’est également une maison en harmonie avec la nature environnante. Cela signifie que cette dernière ne doit pas dégrader la biodiversité et peut même la favoriser dans le meilleur des cas. 

Le respect de l’ensemble de ces critères est impératif pour qualifier un logement comme étant sain et écologique. Cependant, il est assez simple de valider ces trois critères en une fois. Effectivement, une maison respectueuse de l’environnement sera conçue avec des matériaux naturels et non toxiques, elle sera un lieu favorisant la santé de ses habitants. Une maison basée sur les principes de l’écoconstruction, c’est également une maison qui sera performante sur le plan énergétique grâce à une utilisation de matériaux naturellement isolants. 

Respecter l’ensemble de ces conditions est donc plus facile une fois que l’une des trois est remplie. 

 

L’écoconstruction pour une maison performante sur le plan énergétique 

Pour une maison écologique, la performance énergétique est une notion capitale. L’écoconstruction suppose l’utilisation de matériaux naturels, sains et ne nécessitant que très peu de ressources au cours de leur production. 

Au-delà du respect de l’environnement, l’utilisation de matériaux naturels pour l'écoconstruction son logement reste leurs propriétés. Effectivement, ces matériaux ont des propriétés naturellement isolantes et hygrométriques. Il est également recommandé d’effectuer quelques installations comme une pompe à chaleur ou des panneaux solaires photovoltaïques afin de produire de l’énergie de manière naturelle et ainsi, faire baisser sa facture d’électricité. 

Voici quelques exemples de matériaux naturels aux propriétés naturellement isolantes : 

  • Le chanvre : matériau pris en exemple ci-dessus, le chanvre est une plante qui pousse facilement, ne nécessitant pas de pesticides ni beaucoup d’eau. C’est la raison pour laquelle elle est beaucoup utilisée dans le cadre de l’écoconstruction ou pour effectuer des travaux de rénovation en matière d’isolation thermique et/ou phonique. 
  • Le bois : il s’agit du matériau naturel par excellence. Ce dernier possède d’excellentes propriétaires thermiques et hygrométriques. Il est généralement utilisé pour construire l’ossature de la maison, puis couplé au chanvre ou à la paille. 
  • La terre crue : en voici un matériau auquel on ne penserait pas. Pourtant, la terre crue possède de nombreux avantages. Elle n’a pas besoin d’être cuite, sa production ne nécessite donc pas beaucoup d’énergie. De plus, cette dernière présente d’excellentes qualités hygrométriques (capacité à réguler l’humidité) et conserve la chaleur en hiver et la fraîcheur en été. 

L’utilisation de ces matériaux en écoconstruction n’est cependant qu’un point de départ. L’installation d’une pompe à chaleur, de panneaux solaires photovoltaïques ou encore d’un bon système de ventilation peut également concourir à limiter la dépense énergétique nécessaire au fonctionnement du bâtiment écoconstruit. 

 

La maison écologique pour favoriser le bien-être et la santé de ses occupants 

Si l’économie d’énergie permet de favoriser le bien-être de la planète, l’essentiel reste tout de même de favoriser la santé et le bien-être des occupants de la maison écoconstruite. Il s’agit probablement du point le plus compliqué à mettre en œuvre puisqu’il nécessitera des installations supplémentaires au-delà de la construction avec des matériaux écologiques. 

Il existe trois principales choses sur lesquelles porter son attention. 

  • L’apparition de moisissure. 
  • Les composés organiques volatils. 
  • Les ondes électromagnétiques. 

 

Les risques sanitaires liés à la présence de moisissures 

L’apparition de moisissure est un réel problème sanitaire qui n’est malheureusement pas pris suffisamment au sérieux. Les moisissures apparaissent généralement à cause d’une humidité mal régulée ou à la suite d'un dégât des eaux. Les champignons qui prolifèrent ont besoin de matière organique et d’eau pour se développer, raison pour laquelle avoir un bon système de ventilation est important. Les moisissures peuvent provoquer maladies pulmonaires, infections et allergies. 

 

Pourquoi faut-il se méfier des composés organiques volatils ? 

Les composés organiques volatils, aussi connus sous l’acronyme COV, sont des gaz potentiellement nocifs et présents dans l’atmosphère. Ces derniers sont répandus dans les maisons, car contenus dans les solvants. C’est notamment à cause des peintures acryliques que l’on retrouve des traces de COV dans les habitations humaines. Les composés organiques volatils peuvent causer de graves dégâts aux corps humains notamment des maladies pulmonaires s’ils sont inhalés en trop grande quantité. Pour s’assurer que ces derniers n’envahissent pas votre maison, aérez votre logement et installez une VMC. 

 

Les risques liés aux champs électromagnétiques : la gaine Flexaray 

Dernier risque pouvant causer des dégâts aux corps : les ondes électromagnétiques. L’ensemble des installations électriques ainsi que les différents câbles contenus dans les gaines peuvent créer des champs magnétiques ainsi que des ondes électromagnétiques. Ces ondes sont potentiellement nocives pour le corps humain, encore plus pour les personnes dites “électrosensibles”. Les effets des ondes électromagnétiques ne sont pas encore connus de manière très précise, mais mieux vaut être prudent à ce sujet. 

Ainsi, pour se prémunir de ces ondes nocives, Flexaray a mis au point la gaine Flexaray+ et Prefilzen+, des modèles de gaines ICTA blindées capables de contenir ces champs électromagnétiques. 

 

Une maison écoconstruite pour respecter la biodiversité environnante 

Le troisième pilier d’une maison écoconstruite, ou saine, est sa capacité à ne pas dégrader son environnement. Effectivement, la Terre a vu près de 60 % de ses espèces disparaître sur ces 50 dernières années. Bien entendu, ces extinctions d’espèces sont causées par les activités humaines. 

Pour préserver la biodiversité environnante, vous pouvez installer un espace de permaculture. Il s’agit d’un potager utilisant la nature environnante pour maximiser les rendements et limiter l’utilisation de pesticides et de produits chimiques. C’est également une philosophie de vie visant à s’intégrer à la nature plutôt que la déformer pour notre usage personnel. De plus, certaines plantes et herbes produites avec la permaculture peuvent servir la faune et la flore environnante.

@
Contact